Les conférences scientifiques de la DEUR s’adressent à tout le personnel, aux médecins et aux étudiants du CISSS de Laval, et auront lieu sur l’heure du dîner, de 12 h à 13 h. Apportez votre lunch, du café et des desserts seront offerts aux participants. De plus, elles seront données dans différentes installations du CISSS afin qu’elles soient accessibles à tous.

Pour s’inscrire ou pour avoir davantage d’information à propos des conférences, contactez Jacinthe Dupuis au jacinthe.dupuis.cissslav@ssss.gouv.qc.ca ou au 450 668-1010, poste 22573.

Consultez, ci-dessous, les présentations des conférences qui ont déjà eu lieu.

2020-2021

Pierre-Marie David, professeur adjoint à la Faculté de Pharmacie, cotitulaire de la Chaire Sanofi-Aventis en soins pharmaceutiques ambulatoires de l'Université de Montréal

Depuis juillet 2020 le CISSS de Laval participe à une étude internationale sur la résilience des systèmes de santé publique en contexte de COVID-19. Le projet HoSPiCOVID vise à mieux comprendre la manière dont les institutions de santé et les hôpitaux et leur personnel ont fonctionné, dans six pays différents, pour faire face et s’adapter à la pandémie afin de garantir l’accès à des soins de qualité pour tous.

Au cours de ces deux conférences, les résultats préliminaires seront présentés selon 4 thématiques:

  1. Réorganisation des infrastructures et services pour augmenter la capacité d'accueil des patients;
  2. Gestion des EPI, du matériel, des approvisionnements et des médicaments;
  3. Changement de pratiques, gestion/soutien du personnel, formation et besoin de recrutement de professionnels;
  4. Risque de contamination des professionnels et des patients.

Les deux premières thématiques seront discutées le 22 avril et les deux dernières suivront le 29 avril. Les participants seront invités à faire part de leur expérience, de leurs réflexions et d'échanger sur leçons apprises dans ce contexte.

Pour vous inscrire à la conférence : /typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTexthttps://bit.ly/David2021

Pour plus d'information, écrivez au : Ouvre une fenêtre pour la rédaction du courrieldeur.cissslav@ssss.gouv.qc.ca

André Michaud, inf., PhD., Professeur adjoint, École des sciences infirmières, Université de Sherbrooke, Chercheur régulier, Pôle 1 de recherche sur les transformations des pratiques cliniques et organisationnelles, CISSS de Laval. 

Cette présentation en deux parties portera, dans un premier temps, sur le dépistage de l’hypertension artérielle (HTA) lors de consultations sans rendez-vous. Menée auprès de 50 adultes consultant en clinique sans rendez-vous dans un GMF de Laval, une étude indique que, chez les individus dont la pression artérielle (PA) est élevée lors de la mesure initiale des signes vitaux, l’ajout d’une mesure de la PA automatisée en série permet de reconnaître et de cibler ceux qui devraient obtenir une référence pour un MAPA confirmant un diagnostic d’HTA. Dans un deuxième temps, l’étude HYTECC, dont seront présentés les résultats préliminaires, vise à décrire le lien entre une variation des signes vitaux complets, effectués en automesure, et la présence et/ou la sévérité des symptômes associés à la COVID-19, le taux de maîtrise de l’HTA pour cette population adulte, confinée et ayant un accès limité aux soins de santé usuels de même que d’évaluer l’acceptabilité de l’utilisation d’outils de télémédecine par les participants.

Démarre le chargement du fichierPrésentation PPT

/typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTextConsultez la recherche thématique sur l'hypertension artérielle au catalogue du Réseau des bibliothèque du CISSS de Laval.

Émilie Lessard, PhD en santé des populations, École interdisciplinaire des sciences de la santé, Université d’Ottawa.

Dans le contexte du vieillissement de la population québécoise et des transformations du rapport à la mort en Occident, mourir chez soi représente un idéal pour une majorité de Québécois. La littérature démontre un écart important entre la préférence pour le domicile comme lieu de décès et le lieu de décès réel. Très peu d’études qualitatives se sont penchées sur les raisons de cet écart. Ce projet doctoral avait comme objectif d’explorer l’expérience des soins palliatifs à domicile du point de vue de personnes âgées en fin de vie, de proches aidants endeuillés et d’une équipe dédiée en soins palliatifs à domicile pour identifier les problèmes vécus et des solutions adaptées à leurs besoins. Cette conférence présente les principaux résultats et quelques pistes de réflexions pour mieux soutenir le choix des personnes âgées en fin de vie et leurs proches quant au choix du lieu de soins palliatifs et de décès.

Démarre le chargement du fichierPrésentation PPT 

/typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTextConsultez la recherche thématique sur les Soins palliatifs à domicile au catalogue du Réseau des bibliothèque du CISSS de Laval.

Isabelle Marcoux, Professeure agrégée, École interdisciplinaire des sciences de la santé, Université d’Ottawa.

Dans le cadre d’une enquête pancanadienne réalisée auprès de médecins, nous avons voulu documenter les pratiques médicales en fin de vie ainsi que de mieux comprendre le processus décisionnel entourant ces pratiques. Pour ce faire, les médecins sélectionnés devaient documenter l’histoire particulière du dernier patient décédé dont ils avaient eu la charge dans les 12 mois précédents l’enquête. Certains médecins ont déclaré avoir été confrontés à des défis particuliers dans la prise en charge des soins de fin de vie, tels que des différences culturelles, des barrières associées à la langue parlée, des différences sur le plan des croyances religieuses, ainsi que des conflits entre les membres de la famille de la personne en fin de vie. Dans le cadre de cette conférence, nous verrons quelques cas détaillés, examinerons quels facteurs semblent associés à de tels défis et discuterons de l’implication de ces résultats pour la pratique clinique et la recherche future.

Démarre le chargement du fichierPrésentation PPT

/typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTextConsultez la recherche thématique sur les Soins palliatifs et de fin de vie au catalogue du Réseau des bibliothèque du CISSS de Laval.

2019-2020

Conférencier : 

Pierre-Marie David, Professeur adjoint, Faculté de pharmacie, Université de Montréal et Titulaire de la Chaire Sanofi-Aventis en soins pharmaceutiques ambulatoires

Résumé :

De nombreux cas d'usages inappropriés de médicaments semblent relever pour plusieurs auteurs d'une certaine "irresponsabilité" individuelle des patients ou des professionnels de la santé. Par exemple, l'antibiorésistance serait produite par une consommation individuelle irrationnelle d'antibiotiques ou la dépendance aux opioïdes induite par des prescriptions inappropriées. Le modèle biomédical aborde souvent ces problèmes sous l'angle de la responsabilité individuelle. Comment inverser cette grille de lecture responsabilité-culpabilité et questionner une responsabilité sociale (qui ne se limite pas à la somme des responsabilités individuelles) d'un point de vue pratique et théorique? Différents exemples de recherche passés ou à venir permettront d'alimenter la présentation et les discussions.

Démarre le chargement du fichierPrésentation PPT

Conférenciers : 

Dre Marie-Thérèse Lussier, Professeure agrégée, Département de médecine de famille et médecine d'urgence, Faculté de médecine, U. de Montréal

Claude Richard, PhD., Chercheur associé, Équipe de recherche en soins et services de proximité, CISSS de Laval  

Résumé :

Les aspects communicationnels et relationnels constituent une dimension essentielle de toutes les activités cliniques quotidiennes des professionnels de la santé. En soins de première ligne, le médicament constitue le principal outil thérapeutique et la prescription est un geste clinique usuel. La prescription appropriée à laquelle le concept récent de « déprescription » est venu s’ajouter, est un acte médical complexe. Or, les dimensions communicationnelles de cet acte sont rarement prises en compte. Au cours des 15 dernières années, une équipe de chercheurs du CISSS de Laval a développé un programme de recherche portant sur le « dialogue de prescription » dont l’objectif est, d’une part, de mieux comprendre la nature et la dynamique des échanges ou dialogues à propos des médicaments entre les professionnels de la santé et les patients et, d’autre part, de comprendre la relation entre les caractéristiques de cette communication et les résultats de soins. Par l’expertise qu’ils ont développée quant au « dialogue de prescription » en entretien médical, incluant la « déprescription », cette équipe est maintenant en mesure de présenter 1) les principales conclusions de recherche qui se dégagent du programme et de 2) discuter de leurs implications pour la pratique clinique.

Démarre le chargement du fichierPrésentation PPT

Conférencier : 

Arnaud Duhoux, Professeur adjoint, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal

Résumé :

Un système de santé efficace dépend, dans une large mesure, de sa capacité à établir un continuum de soins dans lequel le rôle de la première ligne est de fournir des soins de qualité, accessibles et efficaces. Pour atteindre cet objectif, quatre caractéristiques de modèles de soins primaires performants sont documentées : 1) une pratique interdisciplinaire poussée mise en œuvre selon le principe de subsidiarité, 2) une pratique infirmière avancée avec un rôle étendu; 3) une pratique de groupe où l'équipe interdisciplinaire traite conjointement, en partageant les ressources ainsi que les responsabilités, tous les patients, qu'ils soient inscrits auprès d'un médecin ou à la clinique, et 4) une proximité et une disponibilité accrues. Depuis cinq ans, sept équipes de soins de première ligne ont implanté ces caractéristiques de différentes façons au Québec et sont accompagnées par un projet de recherche. Ce projet pilote, qui tire à sa fin, nous a permis de faire plusieurs constats importants en ce qui a trait à l’organisation des services de première ligne au Québec. 

Démarre le chargement du fichierPrésentation PPT

Conférencière :

Brigitte Vachon, Professeure agrégée, École de réadaptation, Université de Montréal

Résumé :

Malgré les nombreuses difficultés vécues par la clientèle vue en première ligne quant à leur participation sociale dans leurs activités quotidiennes, de travail et de loisirs, les ergothérapeutes demeurent un professionnel peu intégré dans les groupes de médecine de famille (GMF) du Québec. Ainsi, il importe de se demander dans quelle mesure les compétences et rôles des ergothérapeutes peuvent bonifier le travail des équipes actuelles de même que prévenir le déclin et/ou améliorer l’état de santé des clientèles qui y sont suivies. Les médecins étant des acteurs clés de cet enjeu, comprendre leurs besoins et leur perspective afin de faciliter l’intégration des ergothérapeutiques à ces équipes interprofessionnelles est nécessaire. Cette conférence présentera les résultats d’une étude portant sur la perception qu’ont les médecins de famille du rôle de l’ergothérapeute en GMF et les facteurs pouvant influencer leur intégration. Entre autres, il sera question des rôles et clientèles ciblées par les interventions en ergothérapie dans ce milieu de pratique, des avantages et limites de l’intégration de ce nouveau professionnel ainsi que des défis qui sont associés à l’implantation de cette nouvelle pratique en GMF.

Démarre le chargement du fichier Présentation PPT