Foire aux questions

Les employés du réseau de la santé sont tous appelés à prêter main-forte dans la situation actuelle en respectant leur capacité physique. En ce moment, plusieurs virus sont encore en circulation comme la gastro-entérite et le syndrome d'allure grippal. 

Les employés qui sont malades (grippe, rhume, gastro-entérite) doivent appliquer les mesures habituelles et nous appliquons nos protocoles en place.

En ce qui concerne le coronavirus, les critères émis par la Direction nationale de santé publique sont appliqués au CISSS de Laval, soit :

  • les retours de vacances à l'extérieur du Canada depuis moins de 14 jours,
  • le contact étroit avec les personnes de l'entourage qui sont de retour de vacances ET qui présentent des symptômes,
  • les travailleurs répondant à un des deux critères mentionnés ci-haut ET présentant soit de la fièvre, soit de la toux.

Les employés concernés font l'objet d'un suivi par le Service de soutien à la gestion de la présence au travail afin d’assurer les mesures mises en place et aussi d'assurer un bon retour au travail lorsque celui-ci sera autorisé, le tout selon chaque situation. 

En ce qui concerne les travailleurs immunosupprimés, enceintes ou de plus de 70 ans, l'employeur analyse d'abord individuellement le risque en fonction du degré d'exposition de l'employé. Si l'organisation du travail ou les tâches à effectuer mettent effectivement le travailleur à risque, plusieurs options sont possibles :

  • un tri de la clientèle à desservir peut être fait :
    • une liste de questions doit être posée à l'usager ou au membre de sa famille lereprésentant afin de s’assurer que le travailleur ne soit pas en contact avec un usager endépistage, un cas probable ou un cas confirmé de la COVID-19;

  • une relocalisation (déplacement temporaire) du travailleur peut aussi être effectuée :
    • à d'autres tâches;
    • dans un autre service où il serait moins à risque d'être en contact avec un usager endépistage, un cas probable ou un cas confirmé de la COVID-19;

  • le télétravail est aussi une option possible dans certains secteurs après entente avec le supérieur immédiat.

Si au terme de toutes ces démarches, des mesures de prévention ne peuvent pas être mises en place, la personne salariée et son gestionnaire peuvent convenir de modalités autres pour lui permettre de demeurer à la maison. Il pourrait alors utiliser sa banque de vacances, de temps accumulé ou autre modalité avec ou sans solde.

Afin de limiter les risques de propagation de la COVID-19 au sein de la communauté, le Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a transmis à l’ensemble du réseau de la santé et des services sociaux une directive, à l’attention des médecins, des employés et des professionnels de la santé, quant au port des uniformes de service et sarraus.

Dès maintenant et jusqu’à nouvel ordre, il est obligatoire de retirer vos uniformes de service et vos sarraus :

  1. Avant de quitter votre lieu de travail.
  2. Lorsque vous prenez vos pauses à l’extérieur des établissements du Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de Laval.
  3. Au moment d’accompagner des usagers lors de déplacements en dehors des installations.

En appliquant les mesures suivantes

  • Masque de procédure pour tous les travailleurs de la santé à moins de 2 mètres de l’usager.
  • Protection oculaire (écran facial ou lunettes protectrices). Les lunettes de prescription ne sont pas considérées comme une protection adéquate. Les lunettes protectrices devraient être récupérées en raison des stocks qui sont bas. Une procédure détaillée est à venir, mais pour le moment, il est recommandé, après le contact avec le patient, de se laver les mains avant de les retirer et d’ensuite les nettoyer avec une lingette désinfectante.
  • Blouse à manches longues non stérile, à usage unique (prévoir une blouse imperméable si risque de contact avec des liquides biologiques, ex. : vomissements). Les blouses jetables et celles lavables sont jugées équivalentes.
  • Gants non stériles à usage unique, bien ajustés et devant recouvrir les poignets.
  • S’abstenir de se toucher les yeux, le nez ou la bouche avec des mains potentiellement contaminées.

En présence d’un cas suspect avec deux circonstances particulières :

 

  • En présence d’un cas sévère soit toute personne avec RR ≥ à 30/min ou saturation en O2 ≤ à 93 % à l’air ambiant ou pneumonie ou besoins en O2 > 4L/m
  • Lors d’interventions médicales générant des aérosols. En voici la liste :
    • Intubation et extubation trachéale
    • Ventilation non invasive, incluant l’Optiflow®
    • Trachéotomie et soins de trachéotomie
    • Laryngoscopie
    • Réanimation cardio-pulmonaire
    • Ventilation manuelle avant l’intubation
    • Endoscopie haute
    • Aspiration des sécrétions des voies respiratoires en circuit ouvert chez un usager intubé ou trachéotomisé
    • Induction d’expectorations
    • Aspiration naso-pharyngée chez un enfant
    • Ventilation en pression positive via masque facial (BiPAP, CPAP)

En raison de l’avancement des connaissances depuis l’apparition de la maladie à la fin de décembre 2019. Initialement, les recommandations étaient plus prudentes devant ce tout nouveau virus; actuellement, nous sommes beaucoup plus confortables à ne pas utiliser le masque N95 pour toute interaction avec le patient suspect ou confirmé.

Voyez cette vidéo du Dr Yves Longtin, chef de l’unité de prévention et contrôle des infections de l’Hôpital juif de Montréal, pour plus de détails : https://www.youtube.com/watch?v=_0fSRny9SZI 

Nous sommes tenus en raison de la situation actuelle de suivre les lignes directrices émanant du Comité des infections nosocomiales du Québec. Rassurez-vous, celles-ci sont en tous points semblables ou mêmes plus sévères que celle de l’Organisation mondiale de la santé ou des Centers for disease control américains.

  • Nous demandons au patient de porter un masque de procédure par grande prudence.
  • S’il doit être hospitalisé, nous demandons un isolement préventif, mais qui peut être seulement au lit, au cas où il commencerait à développer des symptômes.