Centre d'éthique du CISSS de Laval

Le Centre d’éthique relève de la Direction de la qualité, de l’évaluation, de la performance et de l’éthique (DQEPE) du CISSS de Laval. Il est donc avant tout dédié à répondre aux besoins de l’organisation au sein de laquelle il se trouve. Néanmoins, étant historiquement précurseur en termes de développement de l’éthique en établissement de santé, le Centre d’éthique a développé au cours des années un bagage substantiel de consultations, d’outils, d’expériences, de conseils et de formations spécialisées. Son offre de services est ainsi ouverte autant à d’autres établissements du réseau de la santé, qu’aux divers programmes d’enseignement collégiaux et universitaires, ainsi qu’aux ordres et associations professionnelles relatifs au domaine de la santé. 

  • Expertise
  • Leadership
  • Partenariat de soins
  • Professionnalisation de l’intervention en éthique clinique

Pour les employés, les gestionnaires, les cadres et les patients du CISSS de Laval qui souhaitent bénéficier de nos services :

Pour toute autre demande (services rendus aux autres établissements, demandes de formation ou de mentorat, demandes d’entrevue, question sur les stages, etc.) :

Le service de l’éthique s’est développé depuis 2005 à l’initiative de Marie-Ève Bouthillier Ph.D., à l’époque au sein de l’établissement du CSSS de Laval. Consciente des nombreux enjeux éthiques inhérents à la pratique des soins et services de santé, Marie-Ève Bouthillier souhaitait mieux soutenir les équipes et les professionnels de la santé. En effet, le besoin était grandissant au sein de l’organisation afin de contribuer à développer les compétences éthiques des professionnels et des gestionnaires d’une part, et d’autre part, afin d’effectuer lorsque requis de la médiation éthique lors de situations difficiles ou conflictuelles dans les soins.

Dans cet ordre d’idée, il devenait intéressant d’envisager développer un service et une expertise locale en éthique clinique, comme il commençait à s’en trouver de plus en plus dans les centres hospitaliers d’avant-garde ailleurs dans le monde. Avec le soutien des différents directeurs généraux présents depuis le début, le Centre d’éthique a pu naître officiellement en 2012. Depuis, le Centre d’éthique n’a cessé de consolider son savoir-faire dans le contexte des soins et services offerts sur le territoire lavallois, ce qui lui permet désormais de partager ses acquis et rayonner au-delà de son propre établissement, notamment par diverses activités de recherche académique, de mentorat, de formation et d’accueil de stagiaires universitaires.


Notre équipe

Professeure adjointe de clinique, Département de médecine familiale et médecine d’urgence, Faculté de médecine, Université de Montréal.

Marie-Ève Bouthillier détient un doctorat en sciences humaines appliquées, option bioéthique, de l’Université de Montréal. Sa formation de base est en psychologie et elle a complété un D.E.S.S. en bioéthique (UdeM), ainsi qu’une maîtrise en Medical Ethics and Law au King’s College de Londres (Angleterre). Dans sa carrière, elle a touché aux trois grands axes de la bioéthique en œuvrant au sein de comités d’éthique de la recherche et de la clinique, ainsi que dans des équipes de recherche s’intéressant à des sujets comme la santé publique et les interventions de première et deuxième lignes. Elle est la maître-d’œuvre du développement de l’éthique clinique à Laval depuis 2005. D'abord, elle a joint le comité de bioéthique de l’Hôpital de la Cité-de-la-santé en 2005. À la suite de la formation des CSSS, elle a créé en 2007 un service d’éthique clinique sur le modèle Hub & Spokes. Ce service a mis les bases nécessaires à la création officielle du Centre d’éthique en 2012. Sa grande expérience en éthique au sein du réseau de la santé fait d’elle une référence en matière de pratique professionnelle de l’intervention en éthique clinique, ainsi qu’en matière de développement et d’intégration d’un service de consultation en éthique au sein d’un établissement. Elle siège également au comité d’excellence clinique en services sociaux (jeunes – santé mentale – dépendance) à l’INESSS.

Contact : mebouthillier.csssl@ssss.gouv.qc.ca

Jean-Simon est finissant au doctorat en bioéthique de l’Université de Montréal. Au cours de ses études doctorales, il s’est intéressé plus spécifiquement aux nouvelles méthodes délibératives en matière d’éthique démocratique. Jean-Simon se spécialise notamment dans les activités de développement et de consolidation d’une culture éthique au sein d’un établissement de la santé, tant au niveau de la gouvernance, de la gestion qu’au niveau des soins cliniques. Par ailleurs, il siège au comité d’excellence clinique en usage optimal du médicament à l’INESSS.

Contact : jean.s.fortin.cissslav@ssss.gouv.qc.ca

Michel Lorange a débuté sa formation et sa carrière à titre d’ingénieur biomédical, formé au doctorat à l’École Polytechnique de Montréal. Il s’est ensuite orienté vers des fonctions en gestion des établissements de santé. Il a ainsi cumulé près de 15 ans à titre de directeur général de différents établissements dans la grande région métropolitaine de Montréal. Fort d’une formation récente en éthique clinique à l’Université de Montréal et de ses expériences en gestion dans le réseau de la santé, il s’est spécialisé au cours des dernières années à titre de conseiller en éthique clinique et organisationnelle. Par ailleurs, il préside également des conseils d’administration de différents organismes à but non lucratifs, soit le Centre de pédiatrie sociale de Montréal-Nord, ainsi que la Maison 100 limites.

Contact : lorange.michel@gmail.com

Michelle est médecin, formée en France, spécialisée en psychiatrie. Sa trajectoire de vie l’a conduite à Montréal où elle a obtenu une maîtrise en médecine sociale et préventive en choisissant l’option promotion de la santé. Son intérêt s’est naturellement tourné alors, vers les thématiques en lien avec la santé mentale dans sa compréhension pluri-dimensionnelle et inter-sectorielle. Pour aller plus loin dans la réflexion et l’approfondissement de la notion de complexité en soins de santé tel qu’elle apparaissait, elle a continué sa formation en bioéthique avec très vite, une orientation en éthique clinique. En résonnance avec l’un des aspects de sa pratique médicale antérieure, sa préoccupation concerne notamment la problématique liée aux soins de fin de vie. Plus généralement, l’éthique et la narrativité lui tiennent particulièrement à cœur. Quand chaque histoire de vie rend compte d’un savoir certain, tient lieu de fil directeur tendu vers le souci d’un plus grand humanisme dans la vision et l’exercice de la clinique.

Contact : michelle.pimont.cissslav@ssss.gouv.qc.ca

Chargée d’enseignement de clinique, Département de médecine familiale et d’urgence à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Co-fondatrice de l’Association québécoise en éthique clinique et de l’Association canadienne des éthiciens en soins de santé.

Delphine Roigt est diplômée en droit de l’Université de Sherbrooke et membre du Barreau du Québec (1997). Elle détient également de l’Université de Montréal un diplôme en communication, un DESS en bioéthique ainsi qu'une scolarité préparatoire de doctorat en sciences humaines appliquées, option bioéthique. Depuis 1998, elle travaille exclusivement en éthique clinique et en éthique de la recherche. Elle a agi à titre de conseillère en éthique ou juriste pour plusieurs comités d’éthique clinique et d’éthique de la recherche de la grande région de Montréal. En 2009, avec des collègues, elle fonde l’Association québécoise en éthique clinique (AQEC). Elle participe aussi la même année à la fondation du groupe Practicing Healthcare Ethicists Exploring Professionalization (PHEEP), récemment devenu le Canadian Association of Practicing Healthcare Ethicists – Association canadienne des éthiciens en soins de santé (CAPHE-ACESS), dont le mandat est de promouvoir l’excellence des pratiques en éthique des soins de santé. Elle s’occupe enfin de formation continue et de réseautage auprès de comités d’éthique clinique et de la recherche de diverses régions du Québec.

Contact : delphine.roigt.cemtl@ssss.gouv.qc.ca

Hugues a complété un baccalauréat (2010) ainsi qu’une maîtrise (2012) en nutrition, à l’Université Laval. Son parcours académique et professionnel l’a conduit à s’intéresser à la théorisation et l’usage des paradigmes contemporains de la recherche et de la pratique des soins de santé (pratique basée sur les données probantes, pratique centrée sur le patient, application des connaissances en santé, prise de décision partagée, etc.). Après quelques années à travailler en recherche universitaire dans le domaine du vieillissement, son intérêt marqué pour la qualité des pratiques professionnelles en santé l’a amené à réorienter sa carrière professionnelle dans le domaine de l’éthique clinique. Il poursuit actuellement ses études au programme d’éthique clinique de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Il s’implique activement au sein de différentes activités de l’Ordre professionnel des diététistes-nutritionnistes du Québec (OPDQ) dont il est un membre actif.

Contact : hugues.vaillancourt.cissslav@ssss.gouv.qc.ca

Collaboratrices et collaborateurs

Professeure associée, Faculté de droit, Université de Montréal

Professeure adjointe de clinique, Département de médecine familiale et médecine d’urgence, Faculté de médecine, Université de Montréal

Julie Cousineau poursuit une carrière universitaire pour laquelle elle a développé une expertise juridique et éthique dans l’analyse de problématiques complexes en droit de la santé, en droit des personnes et de la famille ainsi que du droit de l’enfant. Après son admission au Barreau du Québec en 2002, elle a complété en 2006 une maîtrise en droit des biotechnologies au Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal auquel elle collabore toujours. Doctorante à l’Institut de droit comparé de la Faculté de droit de l’Université McGill entre 2006 et 2011, Me Cousineau a obtenu un doctorat en droit civil qui lui a par la suite permis d’effectuer un postdoctorat multidisciplinaire au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine en tant que boursière APOGEE-Net/CanGèneTest. Elle s’est jointe à l’équipe du Dr Antoine Payot en octobre 2013 à titre de coordonnatrice du Bureau de l’éthique clinique de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Dans ce contexte, elle a l’opportunité de collaborer à la mise en place d’un programme d’éthique clinique tout au long du cursus médical.

Contact : julie.cousineau@umontreal.ca

Nos comités

L’équipe de consultation est composée d’une quinzaine de professionnels de la santé variés, œuvrant au sein du CISSS de Laval. Les membres de cette équipe ont démontré un intérêt marqué envers la consultation en éthique clinique. Ils ont tous reçu une formation de base en éthique fournie par le Centre d’éthique. De la sorte, ils incarnent des éclaireurs ou des porteurs en matière d’éthique dans les directions au sein desquelles ils exercent professionnellement. De plus, ils sont occasionnellement sollicités pour soutenir des consultations en éthique clinique menées par les professionnels de la permanence. Les membres de cette équipe s’intéressent à la consultation en éthique sur des cas spécifiques.

Le comité d’éthique préventive est composé d’une quinzaine de professionnels de la santé, de gestionnaires et de cadres, œuvrant au sein du CISSS de Laval. Les membres de cette équipe ont démontré un intérêt marqué envers les questions d’éthique appliquée aux soins et services de santé. Ils ont tous reçu une formation de base en éthique fournie par le Centre d’éthique. Les membres de ce comité s’intéressent à la consultation en éthique sur des thématiques générales, pertinentes aux activités de l’organisation du CISSS de Laval. Leurs travaux mènent à la production de rapport ou d’avis portant sur des enjeux éthiques en matière de soins et services de santé.

Le comité aviseur en éthique, formé des directeurs du CISSSL, est une structure de gouvernance permettant d’intégrer, d'orienter, de soutenir et de défendre tous les aspects de l’éthique organisationnelle (décisions, systèmes/processus, culture/environnement) à travers l'organisation, ainsi que de promouvoir le Centre d’éthique du CISSS de Laval.

Ce comité est le pendant opérationnel du comité aviseur en éthique. Il voit à l’implantation des orientations convenues par le comité aviseur en éthique, notamment la gestion des risques éthiques. Ce comité est formé de cadres intermédiaires du CISSSL.


Nos activités

Services de consultation et d’intervention en éthique

Le Centre d’éthique offre des services de consultation et d’intervention en éthique clinique, en éthique de la recherche et en éthique organisationnelle. Aussi, il héberge les activités du Groupe interdisciplinaire de soutien (GIS).

L’approche traditionnelle de l’éthique clinique repose sur le modèle des comités d’éthique, soit un groupe de personnes se réunissant pour délibérer et rendre un avis sur l’issue d’une question éthique. Ces comités reposent sur des principes forts d’impartialité et d’intellectualisme de la philosophie morale. De tels comités d’éthique «traditionnels» ont ainsi recours notamment à des membres n’entretenant que peu de liens professionnels avec l’organisation concernée. Ce modèle entraîne généralement des consultations surtout au sujet de situations rendues complexes (souvent à l’aube de la judiciarisation), et tend à instaurer un certain cloisonnement des compétences en éthique.

L’approche du Centre d’éthique, basé notamment sur le modèle Hub and Spokes, compte davantage sur un mode «interventionniste» ou «sur le terrain». En effet, les conseillers en éthique vont directement à la rencontre des personnes concernées par la situation difficile afin d’effectuer de la médiation, soutenir la réflexion et ainsi faciliter le dénouement de situations complexes. Ce fonctionnement repose sur des principes forts d’intersubjectivité et de narrativité, c’est-à-dire une considération dominante de la relation entre des personnes en tant que sujets et en tant que porteurs de différentes histoires de vie.

La présence d’une permanence en éthique (le Hub) rend ce mode de fonctionnement possible. Les personnes de la permanence ont une formation spécifique et une expérience soutenue en matière d’éthique clinique, ce qui les habilite à intervenir directement auprès des demandeurs. Les consultations peuvent adresser par exemple le questionnement d’employés ou d’équipes au sujet de leur responsabilité et imputabilité professionnelle, au sujet de l’application de certaines lois en matière de santé, comme elles peuvent viser la résolution de situations cliniques complexes et difficiles. Les personnes des différents comités s’ajoutent afin de tirer bénéfice de la force du groupe pour des réflexions plus soutenues et afin de favoriser la dissémination de la culture de l’éthique (le Spokes).

Grâce à un effort considérable et soutenu de développement d’une culture organisationnelle sensible aux enjeux éthiques au sein du CISSS de Laval, le Centre d’éthique reçoit désormais en moyenne 170 consultations en éthique clinique et reçoit en moyenne 90 demandes d'aide médicale à mourir annuellement (données de 2017-2018). Cela est sans compter les consultations cliniques effectuées au sein des ententes inter-établissements.

Un nombre élevé de consultations en éthique au sein d’un établissement n’est pas en soi une réussite, au sens où les pratiques quotidiennes requièrent des professionnels de constamment mettre à l’œuvre leurs compétences éthiques, notamment par le respect de leurs déontologies professionnelles respectives. Un nombre élevé pourrait ainsi être interprété comme le symptôme de lacunes majeures dans les pratiques habituelles. Cependant, lorsqu’une grande sensibilité éthique est partagée au sein d’une culture d’établissement, il est normal d’observer que les professionnels et les équipes soient beaucoup plus humbles lors des situations cliniques difficiles ou incertaines, et ainsi davantage prompts à recourir à l’appui de services consultatifs en éthique clinique.

Reconnaître un problème éthique

Les enjeux éthiques surviennent fréquemment dans la prestation des soins de santé et des services sociaux. Certains signes sont révélateurs de leur présence :

  • Le facteur «beurk»: avoir l’intuition que quelque chose n'est pas correct, ou ressentir un sentiment d'angoisse ou de détresse morale;
  • On sait la «bonne» chose à faire dans une situation, mais les diverses contraintes rendent difficiles sa mise en œuvre;
  • On se demande ce qu’une bonne personne ou un bon professionnel devrait faire dans une situation donnée;
  • Deux valeurs ou plus s'appliquent à une situation, mais ces valeurs divergentes impliquent d’agir différemment. Respecter l’autonomie d’une personne ou le laisser se causer un tort irréparable?;
  • On vit un conflit ou une incertitude quant à la qualité de la vie d'un patient, son plan de traitement ou ses objectifs de soins;
  • Les ressources limitées dans l’établissement, les politiques institutionnelles ou les pratiques existantes rendent difficile la satisfaction des besoins, des valeurs, des préférences et des attentes d'un usager.
  • Les patients, les familles, les stagiaires, le personnel, les médecins et les gestionnaires prennent des décisions éthiques tous les jours. La plupart du temps, ils n'ont pas besoin d'aide pour ces décisions. Toutefois, face à des choix moraux difficiles, un soutien est accordé.

Cette assistance est fournie par le Centre d’éthique du CISSS de Laval. Tout membre des équipes de soins de santé et de services sociaux ainsi que les gestionnaires (y compris les usagers et les familles) peuvent accéder aux services du Centre d’éthique pour les soutenir.

Le processus de consultation en éthique clinique

La consultation en éthique aide au processus de prise de décision éthique en respectant les étapes suivantes :

  • L’examen des faits avec les intervenants concernés afin de s'assurer que les questions, les choix, les objectifs, les options possibles et les résultats probables sont clairement identifiés et compris;
  • L’exploration et l'analyse des valeurs éthiques, principes, normes, politiques et ressources en présence;
  • La clarification des objectifs, valeurs, désirs et intérêts des usagers, de leurs familles et des membres de l’équipe soignante;
  • L’aide au règlement des conflits;
  • Le soutien à l'équipe dans ses décisions et actions.

Un consultant en éthique parlera avec vous pour connaître vos besoins. De là, il pourra offrir différents types d’intervention tels des formations, de la consultation avec les personnes concernées (intervenants, gestionnaires, usagers et leur famille, etc.), de l’orientation vers d’autres services ou de la résolution de conflits (médiation). Les consultants en éthique ne se substituent pas aux décisions des équipes de soins ou de services sociaux, mais ils aident à soutenir la réflexion de ceux qui font face à des choix difficiles ou à des problèmes complexes.

Les consultants respectent la confidentialité de tous les usagers et membres des équipes qui les consultent en conformité avec les normes juridiques. Les consultants en éthique se déplacent et viennent rencontrer les équipes dans leurs milieux de pratique/travail.

Quand demander une consultation en éthique?

Les types de situations médicales ou sociales impliquant des enjeux éthiques peuvent inclure par exemple:

  • Des désaccords sur le plan de traitement ou d'objectifs de soins et de services d'un usager;
  • Une incertitude quant à la capacité de l’usager de prendre ses propres décisions pour ses soins et services (NB: les consultants en éthique n’effectuent pas l'évaluation de l’aptitude à consentir des usagers);
  • Des questions sur le bien-fondé ou le rôle du représentant légal d’un usager inapte;
  • L'application d'une politique de l'établissement dans un cas particulier;
  • L'incertitude ou le désaccord concernant la détermination du niveau d’intervention médicale ou le transfert aux soins palliatifs ou en hébergement;
  • Les questions au sujet du refus ou d’un arrêt de traitement;
  • Un usager ou sa famille qui exige des soins ou services que les professionnels de la santé ou des services sociaux considèrent inappropriés ou, à l’inverse, un usager ou sa famille qui refuse des soins ou des services que les professionnels estiment nécessaires ou utiles;
  • Une équipe ou une famille qui souhaite de l’aide pour réfléchir et interpréter les volontés d’un usager inapte exprimées précédemment ou dans un testament de vie.

Le Centre d’éthique offre ses services-conseils pour des questions relatives aux enjeux de la conduite de la recherche académique en santé et services sociaux. Cependant, le Centre d’éthique n’a pas le mandat de l’approbation éthique des projets de recherche au CISSS de Laval. Ces activités sont plutôt dédiées au Comité scientifique et d’éthique de la recherche.

Pour davantage d’informations, prière de consulter : http://www.cssslaval.qc.ca/le-csss-de-laval/enseignement-recherche/comite-scientifique-et-dethique-de-recherche.html

Le Centre d’éthique prend en charge plusieurs mandats d’éthique organisationnelle et répond à des demandes de soutien interne en cette matière. Dans ce domaine, il s’agit de questions de la gestion des deniers publics, du climat de travail, de gestion des conflits d’intérêts, des relations entre les employés et l’employeur, ainsi que les compétences à développer dans l’établissement pour assurer un leadership éthique. L’éthique organisationnelle se questionne aussi sur la qualité des conduites qu’adoptent les agents publics lorsque vient le temps de transiger avec les parties prenantes. Elle concerne également des réflexions approfondies sur des sujets qui touchent spécifiquement les politiques et l’organisation des services (ex. : niveaux d’intervention médicale, nutrition en fin de vie, interculturelle, etc.), au-delà des situations cliniques individuelles et particulières.

Dans son mandat d’éthique organisationnelle, le Centre d’éthique a notamment généré les contenus suivants pour le CISSS de Laval :

  • Politique de divulgation des actes répréhensibles (loi provinciale 87)
  • Code d’éthique du CISSS de Laval
  • Politique sur les conflits d'intérêts
  • Cadre de l'éthique au CISSS de Laval
  • Politique visant à encadrer les accommodements pour un motif religieux (loi provinciale 62)

Politique sur les conflits d’intérêts et les conflits de rôles.

Le Centre d’éthique a la responsabilité du Groupe interdisciplinaire de soutien (GIS) au sein du CISSS de Laval. Le GIS a comme fonction d’être le guichet d’accès unique et de fournir tout l’accompagnement nécessaire pour mener à bien la démarche d’aide médicale à mourir (AMM) dans toutes ses étapes, incluant les objections de conscience, les transferts et la prise en charge. Son mandat est d’éduquer, d’informer, de renseigner et de trouver le médecin pour répondre à une demande d’AMM. Il a un rôle de transmission des connaissances.

La Loi 2 sur les soins de fin de vie[1] recommandait la formation des GIS en tant qu’instance pluridisciplinaire afin de soutenir les démarches locales en matière d’AMM. Il est composé de professionnels issus de diverses disciplines, œuvrant au sein de l’établissement. Compte tenu que la Loi 2 suggérait que les GIS se développe en fonction des ressources disponibles et des structures en place, le GIS du CISSS de Laval a ainsi été confié au Centre d’éthique. Ce sont donc des consultants en éthique qui coordonnent les demandes d’AMM et supportent les équipes traitantes dans ce soin au CISSS de Laval.


[1] http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cs/S-32.0001

Formation

Le Centre d'éthique est une des parties prenantes à la conduite du programme de formation universitaire en éthique clinique de la Faculté de Médecine de l'Université de Montréal. Le Centre d'éthique est impliqué dans l'enseignement de certains contenus théoriques du programme, et également dans la supervision des stages de pratique de l'éthique clinique. Le programme de formation offre un microprogramme, une maîtrise de recherche, une maîtrise professionnelle ainsi qu'un doctorat de recherche dans le domaine de l'éthique clinique. Pour de plus amples détails sur le programme de formation universitaire, prière de consulter le lien suivant: http://www.ethiqueclinique.ca/

Le Centre d'éthique a développé de la formation continue en éthique pour les professionnels de la santé. Ces formations visent essentiellement à introduire les Spokes (du modèle Hub & Spokes) à des connaissances et des compétences de base dans le domaine de l'éthique clinique.

Formation de base

Bloc 1 : Introduction à l’éthique

Séance 1 : Introduction à l’éthique

  • Familiariser les participants à un vocabulaire commun
  • Clarifier les termes et les concepts

Séance 2 : Éthique philosophique

  • Initier les participants aux principaux courants de l’éthique philosophique

Séance 3 : Courants éthiques contemporains

  • Initier les participants à différents courants éthiques contemporains
  • Présenter de manière concrète la petite éthique de Paul Ricoeur
  • Présenter certaines propositions issues des sciences humaines et sociales (principlism, éthique féministe, éthique du caring et de la sollicitude, éthique narrative, éthique des droits etc.)

Séance 4 : Sources des problèmes éthiques

  • Familiariser les participants à définir les enjeux éthiques d’une situation clinique
  • Définir les concepts (problèmes, dilemmes, enjeux, conflits, etc.)
  • Circonscrire les différentes sources pouvant conduire à des problèmes éthiques
  • Dégager quelques stratégies pour y répondre

 

Bloc 2 : Intégration de l’éthique dans les établissements

Séance 5 : Structures en éthique et modèles de consultation

  • Familiariser les participants aux différents modèles de consultation en éthique clinique
  • Exposer de manière concrète :
  • les différentes structures en éthique clinique (comité, éthicien, Hub&Spokes)
  • les différentes approches de consultation (autoritaire, facilitatrice, médiation, etc.)
  • les avantages et inconvénients des structures et des approches.

Séance 6 : Grilles d’analyse de cas

  • Familiariser les participants aux différents modèles de grilles d’analyse de cas
  • Présenter les principales grilles d’analyse
  • Mieux distinguer les avantages et les inconvénients de leur utilisation

Séance 7 : Éthique organisationnelle

  • Familiariser les participants aux termes et concepts de l’éthique organisationnelle
  • Définir les différentes éthiques (organisationnelle, de gouvernance, de gestion, clinique et de la recherche)
  • Présenter les aspects inhérents au développement d’une culture de l’éthique au sein d’un établissement
  • Présenter une approche de gestion des risques éthiques

 

Bloc 3 : Éthique clinique et enjeux juridiques

Séance 8 : Consentement et aptitude

  • Familiariser les participants aux aspects juridiques du consentement aux soins ainsi qu’aux notions d’aptitude et de consentement substitué

Séance 9 : Consentement et impact sur la pratique

  • Familiariser les participants aux enjeux que soulèvent le consentement et le refus de soins sur la prestation des soins et services ainsi que sur l’organisation.

Séance 10 : Confidentialité

  • Familiariser les participants aux concepts liés à la confidentialité dans le cadre des soins et services d’un établissement et des enjeux éthiques en découlant

Séance 11 : Fin de vie

  • Initier les participants aux défis éthiques reliés à la fin de vie
  • Clarifier les concepts
  • Illustrer les défis éthique
  • Proposer des repères et processus

 

Bloc 4 : Éthique clinique – culture et diversité

Séance 12 : Introduction à la culture et à la diversité

  • Initier les participants aux défis reliés à la diversité culturelle au sein d’un établissement

Séance 13 : Personnalisation des soins et services pour des motifs culturels et religieux

  • Mener une réflexion sur les enjeux liés à la personnalisation des soins et des services pour des motifs culturels et religieux.

 

Formation avancée

En développement.

 

Formations sur mesure

Le Centre d’éthique demeure disponible pour offrir des formations sur mesure, adaptées aux besoins spécifiques d’un demandeur. Il suffit de nous contacter afin de discuter des modalités et des possibilités.

Le Centre d’éthique est un milieu de stage désigné, le seul à ce jour, pour les stages du programme en éthique clinique de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

/typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTextProgrammes sur le site du Bureau de l’éthique clinique de l’Université de Montréal

Programmes universitaires en éthique clinique

Cours universitaires concernés par les stages

Pour toute information concernant le programme universitaire et les stages universitaires, prière de prendre contact aux coordonnées suivantes :

Julie Cousineau LL.M., D.C.L., coordonatrice du Bureau de l’éthique clinique (UdeM)
Université de Montréal
Téléphone : 514 343-6111 poste 3266
Courriel : julie.cousineau@umontreal.ca

Services rendus à l'externe

L’ensemble des services rendus par le Centre d’éthique au sein du CISSS de Laval peuvent être également offerts à l’externe. Avec les années, le Centre d’éthique a d’ailleurs régulièrement entretenus des ententes de services en éthique clinique et organisationnelle avec plusieurs autres CISSS et CIUSSS, principalement dans la grande région montréalaise, mais également ailleurs au Québec. Le Centre d’éthique peut également être consulté pour aider une organisation à mettre sur pied son propre service en éthique et développer une culture de l’éthique.

Aussi, le Centre rend disponible son programme de formation de base en éthique pour les associations, ordres professionnels et établissements de santé qui en font la demande. Des formations sur mesure peuvent également être données selon les besoins du demandeur, par les différents conseillers en éthique, en fonction de leurs expertises respectives. Des stages sur mesure, sur les lieux du Centre d’éthique, sont également possibles pour les professionnels du réseau de la santé qui en font la demande.

Pour tout renseignement sur les services rendus à l’externe du CISSS de Laval, sur leurs modalités et leurs coûts, prière de prendre contact aux coordonnées suivantes :

Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc., conseiller en éthique                             

Téléphone : 450 668-1010, poste 23596

Courriel : hugues.vaillancourt.cissslav@ssss.gouv.qc.ca

Recherche académique

Le Centre d’éthique et ses conseillers en éthique s’assurent de se tenir informés des dernières connaissances développées en matière d’éthique, de santé et de société. De plus, le Centre d’éthique tend progressivement à développer de la recherche originale dans son domaine, à contribuer à des efforts de recherche de partenaires et ainsi à partager le fruit de ses expériences par le biais de la publication scientifique.

Activités de recherche originale accomplies ou en cours (par ordre déchronologique):

  • En cours :
    • Les « mots qui font du bien ». Analyse communicationnelle de l’efficacité thérapeutique de la parole dans des situations de traumatismes personnels majeurs (sous la supervision de Yanick Farmer (UQAM), avec la collaboration du Centre d’éthique) / 2018-2019
    • Mes soins sont-ils appropriés et en cohérence avec mes valeurs? Exploration de l’outil « Guide de conversation : en ce qui concerne les soins de fin de vie, parler compte » avec des patients atteints d’un cancer du poumon. / 2019-2021

  • Accomplies :
    • Étude qualitative sur l'objection de conscience des médecins dans le contexte de l’aide médicale à mourir (Marie-Eve Bouthillier et Dre Lucie Opatrny) / 2017-2018. Publication scientifique, disponible en ligne (pages 36 à 40): /typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTexthttps://www.fmsq.org/documents/10275/16188160/leSpecialisteDec2017FRA.pdf
    • Situating requests for medical aid in dying within the broader context of end-of-life care (Véronique Fraser et Lori Seller (CUSM), avec la collaboration de Marie-Ève Bouthillier) / 2016-2018. Publication scientifique, disponible en ligne : /typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTexthttps://jme.bmj.com/content/early/2018/11/22/medethics-2018-104982
    • Diagnostic des risques éthiques (Marie-Eve Bouthillier et Yves Boisvert) / 2014-2015. Présentation à l’Institut d’éthique appliquée (IDÉA) en ligne : /typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTexthttps://www.youtube.com/watch?v=EKjsF-8eiA8
    • L'approche de réduction des méfaits et la violence conjugale: le point de vue des femmes impliquées dans cette problématique (Lyse Montmigny) / 2010-2013.
    • Point de vue d'intervenants psychosociaux sur l'utilisation de l'approche de la réduction des méfaits pour venir en aide aux femmes qui demeurent dans une relation conjugale violente (Célyne Lalande,  Sonia Gauthier,  Marie-Ève Bouthillier et  Lyse Montminy) / 2010-2013. Publication scientifique, disponible en ligne : /typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTexthttps://www.erudit.org/fr/revues/nps/2018-v30-n1-nps03972/1051407ar/
    • Penser et agir dans des environnements normatifs complexes. Contribution à l'élaboration de modèles de prise de décision en éthique clinique (Yanick Farmer et Marie-Ève Bouthillier) / 2012-2013

 

Travaux étudiants dans le cadre d’études graduées, ayant eu lieu en collaboration avec le Centre d’éthique :

  • En cours :
    • Prise en charge de la dysphagie auprès de patients considérés inaptes à consentir à leurs soins : enjeux éthiques d’une situation difficile à avaler. Hugues Vaillancourt. Maîtrise en éthique, format avec travail dirigé. 2018-2019

  • Accomplis :